Vœux 2018 de M. Michel Courtois, Maire de la CCOP

//Vœux 2018 de M. Michel Courtois, Maire de la CCOP
Vœux 2018 de M. Michel Courtois, Maire de la CCOP2018-01-11T14:55:34+00:00

Vœux 2018 de Monsieur Michel Courtois, Maire de la CCOP.

Le 5 janvier 2018

Monsieur le Député,
Madame la conseillère Départementale,
Monsieur le Président de la communauté de communes,
Mesdames et Messieurs les Maires,
Mes chers collègues élus,
Mes chères concitoyennes et chers concitoyens,

Monsieur le Préfet, Monsieur le Maire de Toucy et Monsieur le principal du collège se sont excusés.

C’est un plaisir renouvelé de vous retrouver pour cette cérémonie des vœux à la fois simple et conviviale, somme toute, à l’image de notre commune.

Chaque année est marquée par des perspectives et des évènements heureux ou malheureux, des douleurs et des bonheurs, ressentis personnellement ou collectivement. Cette cérémonie est l’occasion de nous souhaiter l’énergie, la force et l’enthousiasme nécessaires pour transformer nos vœux en réalités.

S’il me fallait n’en formuler qu’un pour cette année, je l’emprunterais à ce proverbe africain : « Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin ».

Notre cap est de nous rassembler pour être plus forts, de préférer ce qui unit à ce qui divise ; c’est ce que nous avons fait en créant la commune nouvelle.

C’est vrai à tous les niveaux. Sur le plan mondial, qu’il s’agisse de lutter contre les périls environnementaux ou les menaces terroristes et guerrières, chacun sait bien qu’un progrès durable appelle une détermination collective et une action coordonnée.

Au niveau européen, il en est de même. Seul, on peut imaginer des correctifs à une Europe jugée trop technocratique et trop marchande, mais ce n’est qu’ensemble que le modèle européen retrouvera l’esprit de ses pères fondateurs.

Pour la France, également confrontée au chômage, à des difficultés économiques et sociales, c’est ensemble, sans nier les différences d’opinions, mais au–delà des divergences catégorielles, que l’on dépassera la litanie des promesses intenables ou non tenues.

Pour 2018, plus que des vœux, ce sont des projets qui vont déboucher pour les uns et démarrer pour d’autres. Là encore, permettez–moi d’en indiquer plusieurs.

Tout d’abord la cuisine centrale, qui est presque terminée et qui va entrer en production à la fin du premier trimestre pour produire les repas de l’EHPAD de Charny puis à la rentrée scolaire 2018, ce sera l’ensemble de nos écoles primaires qui vont être fournies avec le collège. Nous serons également en mesure de proposer au centre de loisirs et à la crèche des repas adaptés aux contraintes de chacun. Cette cuisine sera gérée par un établissement public autonome (EPA).

Pour faire simple, c’est un système coopératif à administrateurs et partenaires égaux entre la mairie de Charny Orée de Puisaye, le Conseil Départemental et la maison de retraite.

Un responsable de cuisine a été recruté et prendra ses fonctions le 1 Février. Le montant global de l’opération est de 1 200 000 Euros subventionnés par l’Etat à hauteur de 75% et la région Bourgogne Franche Comté pour les autres 5%. Nous travaillons actuellement avec nos futurs partenaires agriculteurs pour mettre en place notre approvisionnement local en céréales, légumes et viandes. Ce pari est bien engagé et je suis optimiste sur notre capacité à mettre en place, ensemble, notre propre système d’approvisionnement de proximité.

Beaucoup de travaux ont été validés sur les communes déléguées par exemple, les travaux de couverture de la chapelle de Saint Martin, la toiture de la mairie de Chevillon, 2 travées d’enduit en façade pour l’église de Marchais Béton, la pose de gouttières et la réfection intérieure de la façade de l’entrée de l’église de Perreux.

Un dossier important sur Villefranche-Saint-Phal avec la construction d’un bâtiment à usage de fournil à côté de l’ancienne poste qui sert actuellement de boutique à la boulangerie. Cet investissement significatif a pour objectif de ramener ce commerce et la fabrication du pain près de l’axe très fréquenté de la Départementale.

Tous ces travaux vont être engagés dès le début de l’année et d’autres chantiers sont en étude par la commission et seront validés selon le même principe.

Nous nous attachons aussi à faire en sorte que chaque village soit servi à tour de rôle car, même si nous avons une force grâce à notre regroupement des communes, tout ceci est relatif et je fais en sorte de ne pas entrainer notre collectivité dans une aventure financière. Tout est pesé, réfléchi et discuté au sein de la conférence des maires et travaillé en commissions avant d’être validé par le conseil municipal.

Pour la voirie, suite à l’étude de l’agence technique départementale, le gros morceau cette année va être la route du Grand Marchais à Chevillon qui va absorber la moitié du budget voirie.

Pour ma part, je pense qu’il faut traiter l’ensemble de ce projet même si cela nous contraint par ailleurs. Il faut bien se rappeler que nous ne sommes plus qu’une commune et que si l’on veut tirer le meilleur profit des appels d’offres, il faut globaliser les chantiers d’entretien.

En termes de projets, la couverture de l’église de Fontenouilles va faire l’objet d’une demande d’aide auprès de l’Etat et de la fondation du patrimoine. Mais pour mobiliser ces fonds, la toute jeune association de sauvegarde de Fontenouilles devra nous aider financièrement. Je suis persuadé que sa Présidente et son équipe sauront mobiliser la population et le mécénat pour sauver ce patrimoine cultuel qui a subi l’assaut des ans.

La rue du Centenaire à Fontenouilles fera aussi l’objet d’une étude pour l’évacuation des eaux et aussi la faisabilité d’un parking pour une programmation 2019.

Un projet pour nos jeunes têtes blondes va être validé courant de l’année puisque qu’un architecte a été retenu, c’est la salle périscolaire et la salle de restauration du regroupement pédagogique de Charny.

Il faudra aussi se positionner sur l’emplacement de la construction du futur RPI sud comprenant les villages de Grandchamp, Saint-Martin-sur-Ouanne, Saint- Denis-sur-Ouanne, Malicorne et Perreux. L’état des locaux et leurs dispersions aujourd’hui sur les différentes communes ne nous permettent plus d’assurer le confort éducatif de nos enfants.

Enfin, un architecte a été missionné pour la rénovation et l’extension de la bibliothèque. Le projet qu’il nous a proposé est en dépassement budgétaire de 100 000 €. Pour rentrer dans une enveloppe financière acceptable pour la commune et pour les financeurs, nous étudions d’autres possibilités. Il y aura forcément un peu de retard mais nous ferons le projet.

Bien sûr, là, il ne s’agit que de gros projets. Une multitude de petits projets sont en cours de réflexion ou d’exécution et je ne saurais les nommer ce soir.

La commune a délibéré pour devenir une commune zéro phyto, conformément à la loi. De ce fait, cela nous amène à modifier nos interventions dans les villages et les cimetières afin de ne plus recourir à l’usage de pesticides pour l’entretien des espaces publics et de la voirie. Ceci fait l’objet de discussions au sein des commissions pour mettre en œuvre des méthodes de gestion alternatives comme de l’enherbement avec des variétés de pelouses qui ne se tondent que 3 fois par l’an.

L’autre difficulté, ce sont les trottoirs. Nous avons pris un arrêté pour rappeler que les trottoirs qui bordent la propriété sont à la charge des riverains jusqu’au fil de l’eau de celles-ci. Il est bien évident que nous sommes conscients des difficultés que cela peut poser aux personnes âgées, pour l’entretien, j’en suis désolé.

La commune doit le même service à tous ses administrés et c’est dans ce cadre que la commission proximité a travaillé sur le sujet des cimetières. Le conseil municipal a validé les mêmes tarifs pour les 16 cimetières que compte la commune nouvelle. Les services administratifs font actuellement un gros travail pour l’informatisation de la gestion de tous nos cimetières.

Nous ne devons pas oublier la difficulté de recruter des médecins. Vous savez que nous avons signé un contrat avec un jeune étudiant qui a pris l’engagement de venir exercer à la Maison de Santé au terme de ses études, dans 6 ans. C’est un investissement de la collectivité sur le moyen terme, mais cela ne résout rien sur le court terme, car nous n’avons pas de praticien pour assurer la relève dans peu de temps.

Les propos que je vais tenir n’engagent que moi et je sais que notre député n’est pas favorable à ma demande, mais il me semble indispensable que le législateur s’empare du sujet pour affecter les jeunes médecins dans les zones de désert médical. Cela existe dans bien d’autres professions dont l’état paie la formation : c’est le cas des infirmières, des enseignants, des policiers et gendarmes, etc. C’est donc possible et il faut une volonté politique pour faire en sorte que nos territoires ruraux ne deviennent pas des déserts complets. Nous faisons beaucoup d’efforts pour accueillir une population nouvelle en mettant en place de nombreux services, mais si nous n’avons pas de médecin, c’est peine perdue !

Le dossier de résorption des zones blanches pour la téléphonie mobile a par contre bien avancé. Nous avons 19 pylônes dressés à ce jour, il en reste 12 à ériger ce qui devrait être réalisé rapidement en 2018. Nous sommes le premier département de France suite à la loi Macron à avoir mis en place ses infrastructures pour la téléphonie mobile avec le travail efficace du Syndicat de l’Energie de l’Yonne. La commune, sur ce dossier, se charge de monter les dossiers de financements et assure toute la partie administrative incluant les dépôts de permis, les paiements et les soldes des subventions ou gestion de la différence entre prix total et les aides. Ensuite seulement, nous faisons la facturation aux COM COM compétentes du département, c’est un bel exemple de mutualisation réussie.

Tous les pylônes seront rehaussés de 5 m afin de pouvoir installer un système palliatif à la fibre pour que le maximum de nos concitoyens ait du débit Internet car, je le sais, notre territoire n’a pas d’autre alternative pour attirer les jeunes avec le télétravail notamment et c’est l’objectif que nous poursuivons…

Un petit retour en arrière, je ne peux pas passer sur un évènement qui a marqué la commune nouvelle en 2017. Ce sont les épreuves cyclistes du circuit Icaunais du dimanche 18 Juin. Nous avons passé un grand moment sportif sur toute la commune. Je dois remercier chaleureusement la mobilisation des bénévoles de toutes les associations du territoire pour ce rendez-vous et je suis très reconnaissant envers les artisans et élus pour cette manifestation et plus particulièrement nos deux Maires déléguées Rose-Marie Vuillermoz et Lucile Lesince qui ont magnifiquement réussi à fédérer l’ensemble.

A l’avenir, il me semble important que l’on continue à réfléchir pour proposer, tous ensemble, de grandes manifestations populaires. Ne vous méprenez pas, je ne suis pas pour supprimer les animations villageoises, car j’ai toujours dit vos villages seront ce que vous en faites, c’est-à-dire que votre dynamisme doit prouver que notre organisation administrative est le bon choix, ce dont je suis certain.

Je tiens, ce soir, à remercier nos collaborateurs administratifs pour le travail qu’ils ont fait tout au long de cette année. C’est une réorganisation en profondeur qui a été réalisée avec une spécialisation des postes de façon à optimiser le travail. Je pense que nous sommes arrivés à une efficacité presque optimum de notre structuration, Mesdames et Messieurs.

Pour les services techniques, la sectorisation est faite, ce sont nos agents les plus en vue et les plus critiqués. Permettez-moi de vous dire Mesdames et Messieurs que j’ai beaucoup de respect pour le travail qu’ils effectuent en toutes conditions. J’ai des équipes qui fonctionnent bien et je les en remercie.

Je n’oublie pas l’ensemble des élus notamment les maires délégués qui ont de lourdes tâches à effectuer, de nombreuses commissions à animer, des responsabilités au quotidien sur chacune de leurs compétences respectives. C’est un travail dans l’ombre très important qui est effectué par chacun d’entre vous. Je vous remercie pour l’engagement dont vous faite preuve car la tâche est énorme. Je vous citerais simplement la phrase de Saint Exupéry « Pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir, mais de le rendre possible ».

Il faut maintenant aborder le sujet de la Communauté de Communes de Puisaye Forterre, regroupement d’environ 37000 habitants.

Je sais, pour l’avoir entendu, avoir déstabilisé certains d’entre vous quand nous avons engagé une réflexion sur l’éventualité de quitter cette Communauté. Ceci est parti d’une séance de travail en conférence des maires au cours de laquelle une majorité m’avait demandé de frapper à la porte voisine, ce que j’ai fait et je dois admettre que cela a fait grand bruit sans effet.

Nous avons eu cette attitude car nous sommes très inquiets sur la conduite des projets de cette collectivité, surtout d’un point de vue financier. Nous n’avons pas le droit de ne pas réfléchir et de ne pas envisager quel peut être le meilleur choix ou le moins mauvais pour l’ensemble de nos administrés.

Cela fait plus de quarante ans que je suis élu et jamais je n’ai prévu de taxer autant le contribuable.

Il y a d’abord eu la prévision d’acheter, d’agrandir et de rénover l’hôtel-restaurant « Le Petit Saint-Jean » de Saint Fargeau pour un coût prévisionnel d’1.2 millions d’€ sans repreneur en face pour le moment.

Ensuite vient la construction de la piscine intercommunale couverte à Toucy, un projet majeur et potentiellement utile pour l’ensemble de la population, sauf que notre COM COM est très étendue et que, pour nous, Châteaurenard est plus proche. Si le caractère structurant de l’équipement est parfaitement entendable, le point d’inquiétude majeure se situe au niveau des finances. Quand vous n’avez que 40% de subventions promis verbalement et que vous n’avez pas un sou en caisse, vous n’avez pas d’autre solution que d’actionner lourdement les taxes des ménages (taxe foncière, taxe d’habitation et taxe foncière non bâtie).

Le coût de l’opération s’élèvera entre 6,6 et 8 millions d’euros et nous avons actuellement un manque total de visibilité du premier exercice budgétaire de notre COM COM pour décider de cet investissement. Ce qui pour moi aura un impact budgétaire trop important pour les ressources moyennes des habitants de Puisaye Forterre. Le calcul, que mon adjoint aux finances a fait très sérieusement, laisse apparaitre une hausse de près 23% des taux ménages pour tous ces projets. Ces analyses et simulations financières et budgétaires furent présentées au conseil communautaire et non démenties et même validées par le responsable aux finances de la Com Com.

L’exécutif nous a dit que ce serait pratiquement indolore puisque nous n’augmenterions que de 1.2% l’an pendant plusieurs années. De toutes façons, si l’on divise mathématiquement les besoins par rapport aux foyers fiscaux cela fait une augmentation de 75 euros pour la part intercommunale, et ceci uniquement pour le projet piscine.

D’autres projets structurants sont obligatoires pour développer le tourisme et l’économie du territoire, je me demande jusqu’où l’exécutif intercommunal est prêt à pressurer nos concitoyens. Le projet piscine a été validé à la majorité le mercredi 20 Décembre.

Le bon sens paysan a toujours voulu que quand on ne peut pas rouler en Mercédès, on achète une 2 CV. Dans la vie, on ne fait pas toujours ce que l’on veut, mais on est responsable de ce que l’on fait.

Et l’humilité nous fait penser que nous avons un devoir de respect envers nos administrés. Quand nous n’avons pas les moyens de nos ambitions, soyons empreints de sagesse.

Voilà brièvement relaté le sujet de mon agacement et d’une partie de mes collègues. Mais étant d’un naturel optimiste, ne nous laissons pas aller, le bon sens finira par l’emporter. L’espoir est le pilier du monde.

Pour conclure je vous adresse donc à chacun et chacune mes vœux de bonheur et de réussite pour cette nouvelle année et plus particulièrement à mes collègues élus car c’est en mettant toutes nos forces et toutes nos énergies en commun que nous parviendrons à être efficaces.

Télécharger le PDF des Vœux 2018 du maire de la CCOP.

Michel COURTOIS
Michel COURTOISMaire de la CCOP
Signaler une modification

Mise à jour des données de la page

Vous souhaitez nous signaler une erreur, un changement d’adresse, de téléphone… ? Vous pouvez nous signaler ce changement à effectuer via ce formulaire de contact en nous signalant la page concernée. Merci.
Signaler une modification